Write your welcome headline here.

Nullam posuere felis a lacus tempor eget dignissim arcu adipiscing. Donec est est, rutrum vitae bibendum vel, suscipit non metus.

Download Now!
  • Nullam posuere felis a lacus tempor eget dignissim arcu adipiscing.

  • Nullam posuere felis a lacus tempor eget dignissim arcu adipiscing.

Box heading

Nullam posuere felis a lacus tempor eget dignissim arcu adipiscing. Donec est est, rutrum vitae bibendum vel, suscipit non metus.
Read More

Box heading

Nullam posuere felis a lacus tempor eget dignissim arcu adipiscing. Donec est est, rutrum vitae bibendum vel, suscipit non metus.
Read More

Box heading

Nullam posuere felis a lacus tempor eget dignissim arcu adipiscing. Donec est est, rutrum vitae bibendum vel, suscipit non metus.
Read More

Box heading

Nullam posuere felis a lacus tempor eget dignissim arcu adipiscing. Donec est est, rutrum vitae bibendum vel, suscipit non metus.
Read More

Comment fonctionne un ascenseur ?

On a mis plusieurs siècles, passés par de nombreux problèmes voire des accidents mortels, pour pouvoir jouir du confort et de la sécurité que nous offre actuellement un ascenseur. Nous connaissons très bien la cabine, les différents boutons à presser pour appeler un ascenseur, mais qu’en est-il des éléments qui les constituent et du fonctionnement de ce dispositif que nous utilisons et côtoyons presque quotidiennement ? Les Français par exemple, utilisent 530 000 ascenseurs dont les 40 % d’eux se trouvent en Île-de-France.

Constitution d’un ascenseur

Un ascenseur, quel que soit son  mode d’activation, est toujours constitué de :

  • La gaine dans laquelle se trouve la cabine qui circule verticalement sur les rails de guidages. La cabine comporte des portes, désormais coulissantes, d’éclairage, des accessoires de décoration et le plus important du panneau de commande et de signalisation.
  • L’armoire de manœuvre devant se trouver dans la salle de machine quand elle existe.
  • La machinerie commandant le système de commande (système d’activation hydraulique ou activation électrique par adhérence ou par treuil à tambour) qui se trouve avec l’armoire dans le local des machines quand celui-ci existe.
  • Des éléments importants pour la sécurité et qui sont : le limiteur de vitesse ainsi que la parachute, le dispositif interdisant la survitesse au cours de la montée, les amortisseurs dits à dissipations, limitant la course aux niveaux terminaux.

À propos du local de machine, il se trouve dans la partie basse pour l’ascenseur hydraulique. Pour l’ascenseur électrique, il commence à disparaître avec le contrepoids.

Principes de fonctionnement d’un ascenseur

Selon leur mode d’activation, on peut classer les ascenseurs en deux catégories :

  • Les ascenseurs à traction électrique ou à traction à câbles sont les types d’ascenseurs que l’on rencontre le plus dans les bâtiments tertiaires et les immeubles. Ils sont plus intéressants que les ascenseurs hydrauliques, car le contrepoids réduit fortement la charge, quel que soit le type de motorisation. Ils représentent 90 % du marché actuel des ascenseurs particuliers. Ce type d’ascenseur se déplace plus rapidement et respecte l’environnement. Trois technologies sont intégrées dans les ascenseurs électriques : l’adhérence, le treuil à tambour et l’activation sans treuil pour les gearless.
  • Les ascenseurs hydrauliques fonctionnent avec un vérin et ne disposent pas de contrepoids, car la cabine est tout simplement propulsée par le système de vérin. La cabine se déplace sur simple pression d’un bouton qui actionne un piston contenant de l’huile. Ils assurent en général des déplacements courts et conviennent parfaitement à un usage particulier. La salle des machines d’un ascenseur hydraulique se trouve toujours en partie basse ce qui rend son installation très pratique pour un immeuble existant.

Quelques dates importantes dans l’histoire des ascenseurs

Les ascenseurs sont des dispositifs mobiles qui assurent le transport des personnes ou de lourds objets en hauteur. Ils existaient déjà depuis des siècles et leur apparition est étroitement liée aux exploitations des mines, qui demandaient alors des équipements de transport en hauteur efficaces. Toutefois, les Égyptiens utilisaient déjà des sortes d’ascenseurs plusieurs siècles avant Jésus-Christ. En effet, il y a 2000 ans avant Jésus Christ, qu’ils ont utilisés d’appareils de levage à treuils dans la construction des pyramides.

Historique des ascenseurs avant Jésus Christ

Le mécanisme de déplacement vertical a été découvert au IIIe siècle avant Jésus-Christ par Ctésibios. Il a inventé un élévateur utilisant l’eau mise sous pression pour fonctionner. En l’an 80 av. J.-C., on a utilisé de grands monte-charges rudimentaires pour amener les gladiateurs et les animaux sauvages au niveau de l’arène. Dans le Colysée de Rome, il y aurait eu 12 ascenseurs, mais qui n’ont plus laissé de trace après la chute de l’empire.

Histoire des ascenseurs après Jésus Christ

L’idée et le besoin d’utiliser le principe de l’ascenseur pour le transport de personnes ont été apparus dans les courants des XVIIe et XVIIIe siècles. En effet, en 1743, duchesse de Châteauroux a fait une demande au De Valayer de construire une chaise équilibrée au moyen d’un contrepoids pour la transporter dans ses appartements situés à l’étage au château de Versailles. La réalisation fut faite par Blaise Arnoult. Ensuite, le premier ascenseur destiné au service public a fait son apparition à Londres en 1829. Puis, c’était en 1854 qu’Elisha Otis apporté le concept de limiteur de vitesse qui est en fait un frein parachute. Ceci peut stopper la cabine et assurer la sécurité des personnes en cas de rupture du câble.

Histoire de l’ascenseur à travers l’avancée technologique

L’avancée de la technologie a permis aux ascenseurs de se développer en termes de sécurité, performance technique et esthétique. Le nom de Léon Edoux qui a donné le nom à ascenseur en 1864 mérite d’être évoqué. En 1867, il a exposé à Paris les premiers ascenseurs hydrauliques à vérins.

Quant à l’ascenseur électrique, ce sont les Allemands Werner Von Siemens et Halske qui ont présenté pour la première fois l’ascenseur à crémaillère, à l’Exposition Industrielle de Mannheim en 1880.

Elisha Otis est désigné comme père de l’ascenseur, car tout au long de l’amélioration de l’ascenseur existant, il a toujours apporté sa touche novatrice. C’est lui qui a présenté le premier ascenseur courant alternatif en 1889 à New York

C’est en 1889 que la Tour Eiffel à Paris a été inaugurée avec un ascenseur remarquable pouvant parcourir une hauteur de 160,40 mètres avec une vitesse de 0,80 m/s.

Le local des machines ainsi que le contrepoids commencent à disparaître pour les ascenseurs d’aujourd’hui, les commandes de sécurité se font électroniquement, à microprocesseur. Les recherches sur l’amélioration du confort et la performance vitesses ainsi que de la sécurité ne cessent pas pour autant.

L’histoire de l’ascenseur

L’ascenseur est l’une des inventions qui ont permis à l’homme de réaliser de grands travaux. Ils continuent de nous fasciner jusqu’à aujourd’hui. Depuis les temps anciens, l’homme a toujours cherché à déplacer à la verticale des charges lourdes lui demandant un effort considérable. Ces recherches ont abouti à la création de l’ascenseur qui équipe aujourd’hui la plupart des grands bâtiments.

Les débuts

La taille et la hauteur des structures qu’ils sont arrivés à bâtir constituent des preuves qui attestent que les Égyptiens anciens et les Romains disposaient déjà d’un moyen de levage semblable à l’ascenseur. Les historiens ont pu prouver que l’ancêtre des ascenseurs est apparu en Égypte sous la forme d’un engin de levage utilisé pour puiser l’eau appelé Chadouf.

Les Romains utilisaient également des monte-charges destinés aux personnes et aux animaux au Forum de César à Rome. Les fouilles et les examens menés par les historiens ont permis de distinguer 12 élévateurs qui permettaient à 12 gladiateurs d’accéder à l’arène simultanément depuis le sous-sol. 32 autres monte-charges sont également répertoriés. Elles servaient à acheminer les fauves depuis le 2è sous-sol.

L’ascenseur au XVIIe et XVIIIe siècle

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, les chercheurs se sont attachés à chercher des moyens de levage adaptés au transport de personnes. C’est ainsi que la « chaise volante » est apparue au Château de Versailles et au Palais Mazarin. Cet appareil inventé ARNOULT, mécanicien attitré de Louis XV était utilisé, uniquement par le Roi et ses invités ou d’autres personnalités, pour monter. En même temps, un serviteur monte par les escaliers et entre dans la cabine pour ramener l’appareil au rez-de-chaussée en utilisant son propre poids.

L’ascenseur au XIXe siècle

C’est au XIXe siècle que le concept de l’ascenseur tel que nous le connaissons est apparu et l’invention du parachute par OTIS y est pour beaucoup. C’est aussi à cette époque que sont apparus les premiers ascenseurs qui n’étaient pas mus par la force de l’homme. Les diverses expositions internationales ont permis de présenter les différents appareils créés au public. C’est ainsi que le premier ascenseur à vapeur a été installé dans un magasin de Broadway en 1857. En 1867, un inventeur français appelé Léon EDOUX présenta au public des monte-charges actionnés par la pression de l’eau. Le premier ascenseur fonctionnant à l’électricité a été présenté au grand public en 1880 à l’occasion de l’exposition internationale de Mannheim, en Allemagne.

L’ascenseur à partir du XXe siècle

Au XXe siècle, un autre stade d’évolution est dépassé puisque l’ascenseur est passé de l’appareil artisanal à l’équipement industriel. Son utilisation s’est démocratisée jusque dans les immeubles d’habitation. Les années 1960 et 1970 ont été marquées par une forte urbanisation qui a conduit à la standardisation des appareils. De nouvelles inventions sont apparues petit à petit à l’exemple des portes automatiques et des commandes électroniques. Les ascenseurs ont gagné de plus en plus en sécurité, en confort, en performance et en esthétique.

L’ascenseur de nos jours

Les recherches menées ces dernières années, dues en grande partie à la Directive européenne 95 ont permis d’apporter des innovations aux ascenseurs en termes de sécurité et de confort. Les matériels modernes sont plus compacts que leurs aînés. C’est ainsi que les ascenseurs sans local, sans contrepoids, etc., envahissent le marché. L’ascenseur est aussi devenu plus intelligent, est capable de gérer facilement le trafic et permet à l’utilisateur de bénéficier d’une assistance en toute circonstance.

Ascensoriste : un métier en perpétuelle évolution

Un ascensoriste est un professionnel de l’installation, de la maintenance et de la modernisation d’un ascenseur ou du monte-charge. Il assure également l’entretien et le dépannage des escaliers mécaniques, des trottoirs roulants, etc. L’ascensoriste est surtout un métier qui bouge avec des technologies innovantes et variées comme l’hydraulique, la mécanique, l’électronique, etc. Aussi, c’est un métier offrant des perspectives de carrière rapide, dont une hausse de recrutements pendant plusieurs années. Un ascensoriste peut se charger spécialement de l’installation ou de la maintenance.

Les activités d’un ascensoriste

Les activités d’un ascensoriste sont nombreuses entre autres :

  • Tout d’abord avant chaque intervention, il sécurise le lieu.
  • Il étudie les plans du bâtiment et de l’emplacement prévu pour l’ascenseur à mettre en place
  • Il prépare la cage d’ascenseur en installant ensuite des barres de guidage, le moteur, les treuils et la cabine d’ascenseur.
  • Il pose les portes à chaque étage et place les boutons en les raccordant au processus électrique.
  • Il procède au montage de la cabine et procède à des vérifications.
  • Il met en service l’ascenseur en effectuant une maintenance préventive et curative au 1er niveau
  • Il accompagne les utilisateurs dans la prise en main de l’équipement.
  • Et il intervient en cas panne ou en maintenance en repérant les éléments défectueux et en procédant au remplacement.

Un ascensoriste peut aussi être responsable de la modernisation en adaptant les installations aux besoins des usagers et en utilisant les nouvelles technologies et en suivant l’évolution, le tout dans le respect de la règlementation en vigueur.

Les aptitudes demandées à un ascensoriste

La rigueur est la première qualité demandée à un ascensoriste, car il n’a pas droit à l’erreur dans toutes ses installations et les réparations étant donné que des vies sont entre ses mains. En commettant une faute, il peut provoquer de graves accidents, souvent fatals. Être méthodique et respecter les consignes de sécurité sont aussi incontournable. Il doit être également autonome dans une analyse immédiate d’un problème technique pour prendre rapidement des décisions et doit savoir prendre la bonne initiative.

Par ailleurs, un ascensoriste doit surtout maîtriser des appareils de mesure électrique et de contrôles de programmation. Il doit aussi avoir des connaissances en électricité, électrotechnique, hydraulique, pneumatique, automatisme et soudure. De plus, il doit avoir une bonne condition physique sans être sensible au vertige, car il travaille en hauteur et peut déplacer de lourdes charges. Il est important qu’il ait une grande disponibilité de son temps et un bon sens de dialogue.

Les formations nécessaires pour envisager une profession d’ascensoriste

Le métier d’ascensoriste est accessible après un bac pro suivi d’une mention complémentaire d’un BTS.

Trois certifications et deux titres professionnels permettent aussi d’accéder à ce métier par une formation continue notamment :

  • CQPM Agent qualifié de maintenance en ascenseurs.
  • CQPM Agent qualifié de modernisation en ascenseurs.
  • CQPM Technicien de service maintenance en ascenseurs.
  • Titre Technicien de maintenance des ascenseurs.
  • Titre Technicien de réparation des ascenseurs.

En ce qui concerne la possibilité d’évolution, un ascensoriste peut s’orienter vers des postes de management, de chefs de travaux, après quelques années d’expérience.

Le métier d’installateur

Le métier d’installateur consiste à mettre en place des équipements à dispositifs mécaniques, électriques, électroniques, automatiques et hydrauliques tels que les ascenseurs, les escaliers mécaniques, les trottoirs roulants, etc. En plus de cela, l’installateur effectue l’entretien, le dépannage et la surveillance de ses installations pour assurer leur bon fonctionnement et c’est encore à lui qui revient la rénovation. Le plus important dans ses missions, c’est qu’il devrait réaliser les travaux selon les règles de sécurité requises et les réglementations en vigueur.

Les qualités requises dans le métier d’installation

Dans le métier d’installation d’ascenseurs, les travaux requièrent l’étude approfondie des plans et des schémas pour localiser les interventions à effectuer. Il est aussi nécessaire d’avoir des connaissances en mécanique et en informatique. Une bonne utilisation d’appareils de mesure électrique et de contrôle de programmation est fortement recommandée dans ce travail. Ainsi, il serait mieux pour l’installateur d’ascenseurs de travailler en équipe, car des compétences diverses seront indispensables et la collaboration avec d’autres spécialistes comme les architectes ou autres professionnels du bâtiment est nécessaire. Comme qualités, la rigueur, la précision, le sens du dialogue et de l’écoute sont importants.

Les tâches d’un installateur d’ascenseur

Un installateur d’ascenseurs est responsable de la maintenance d’un certain nombre d’ascenseurs, de monte-charges et d’escaliers mécaniques. La modernisation et l’adaptation des installations existantes pour les besoins des utilisateurs font également partie de leurs missions. Il effectue également des installations et des réglages préalables à la mise en service, planifie et sécurise les interventions et tient à jour les dossiers de maintenance. Par ailleurs, il lui revient la responsabilité de se renseigner sur les supports de suivi d’intervention et transmet les informations au service concerné. Enfin, il présente les divers éléments techniques aux clients et les guide dans la prise en main de l’équipement.

Les formations nécessaires pour accéder à un métier d’installateur d’ascenseur

L’emploi d’installateur d’ascenseurs est accessible avec un diplôme de niveau CAP/BEP à un Bac professionnel en électricité, mécanique, électronique, électrotechnique et maintenance. Un BTS/DUT en maintenance est aussi nécessaire avec une habilitation aux risques d’origine électrique.

Par ailleurs, il est aussi possible de se préparer à cette profession avec un apprentissage transfrontalier qui correspond à un diplôme d’aptitude professionnel (DAP). La formation menant à ce diplôme s’étend sur 3 années et est réalisée sous contrat d’apprentissage suivant la voie de formation nommée concomitante. Durant les formations organisées en apprentissage transfrontalier, l’installateur d’ascenseur que ce soit un homme ou une femme reçoit de son patron formateur, une indemnité d’apprentissage mensuelle. Elle serait de 274 €, durant la première année, de 549 € en 2ème année, et jusqu’à 823 € en 3ème année.

L’importance de la réparation et de la modernisation d’un ascenseur

Un ascenseur assure le déplacement automatique vertical des personnes ou des objets lourds dans un bâtiment, le plus souvent à plusieurs étages. Il a été inventé par un Américain nommé Elisha Graves Ottis en 1853. L’ascenseur peut remplacer les escaliers au niveau de la rapidité et de la facilité surtout pour les personnes âgées. Il existe deux types d’ascenseurs : les ascenseurs hydrauliques et les ascenseurs à traction à câbles. Ces deux types utilisent l’énergie électrique pour fonctionner.

Réparation d’un ascenseur

Un ascenseur a toujours besoin d’une réparation pour garantir en permanence son bon fonctionnement. La réparation de ce genre de machine nécessite un vrai savoir-faire et une bonne technique afin d’éviter de graves accidents. Pour cela, le propriétaire doit maintenir le niveau de sécurité de l’ascenseur en faisant réaliser régulièrement un entretien et un contrôle technique de l’ascenseur par des professionnels. La réparation consiste donc à garder l’ascenseur, toujours en bon état de marche et investi de la sécurité optimale par la maintenance de différents éléments le constituant.

Le contrôle technique de l’ascenseur doit être effectué tous les 5 ans par un contrôleur technique spécialisé. À cet effet, le propriétaire doit informer les résidents ou les visiteurs de la non-disponibilité de la machine durant la durée du contrôle technique, et ce, par un affichage.

Modernisation d’un ascenseur

Afin de conserver un maximum de cohérence au niveau de la marche générale de l’ascenseur, il est primordial de le moderniser. En effet, la modernisation de l’ascenseur est essentielle pour qu’il réponde toujours aux attentes des utilisateurs en matière de sécurité, d’esthétique et de performance. La modernisation doit surtout être effectuée lorsque l’installation n’est plus conforme aux normes en vigueur, lorsque les gens attendent trop longtemps au rez-de-chaussée et surtout lorsque les passagers se plaignent de l’existence de quelque chose d’anormal.

Il est également obligatoire de moderniser l’ascenseur dans les cas suivants : s’il a plus de 10 ans, s’il n’est plus à la mode, s’il n’assure plus une meilleure capacité et donne une image négative de l’immeuble. Enfin, la modernisation assurera un équipement fiable et bénéficiera des innovations plus récentes. De plus, l’investissement sur ces travaux peut être rentabilisé par des réductions importantes de consommation d’énergie ce qui augmentera la valeur du patrimoine.

Personnels exigés pour la réparation et la modernisation de l’ascenseur

Comme ce sont des activités exigeant des connaissances polyvalentes, associées à une technologie avancée, elles doivent être réalisées en équipe.

Quoi qu’il en soit, de tels professionnels, en plus de leurs qualifications, doivent être rigoureux et méthodiques.

Chacun d’eux doit être conscient que c’est la sécurité des usagers qui est en jeu dans ce qu’il entreprend. Enfin pour réussir le travail d’équipe, la capacité d’adaptation est de rigueur.

Le métier de technicien de maintenance pour ascenseur

Un technicien de maintenance est un ascensoriste qui se charge spécialement de la prévention de toute défaillance éventuelle de l’ascenseur, pouvant nuire à son bon fonctionnement par conséquent à la sécurité des usagers. À cet effet, il s’occupe de la maintenance des appareils se trouvant dans le parc et procède au dépannage pour toute anomalie qu’il détecte.

Tâches et environnement du travail

Il peut intervenir dans un chantier, en neuf ou en rénovation et peut travailler, le plus souvent seul, mais avec des échanges réguliers, presque permanents avec les autres agents ayant la même responsabilité ainsi qu’aux chefs hiérarchiques directs. Par ailleurs, la relation avec les clients concernés directement (usagers) ou indirectement (syndicats) lui incombe.

Il a comme principales attributions :

  • Le contrôle périodique de l’état de marche des appareils sous sa responsabilité et le réglage, le changement de pièces usées, selon le programme prévu pour l’appareil.
  • La recherche de la cause de panne, de la remise en service de l’appareil avec l’assurance d’une sécurité retrouvée ainsi que toute l’assistance aux personnes concernées, en cas d’appel d’urgence du client, mais aussi des usagers.
  • Le compte-rendu régulier aux responsables hiérarchiques sur les améliorations nécessaires à réaliser en termes de qualité de services, suite aux entrevues avec les clients.

Au vu de ces différentes tâches qui lui sont confiées, le technicien de maintenance doit être doté impérativement d’un véhicule, étant amené à se déplacer presque quotidiennement.

Qualifications, compétences et qualités requises

Un Bachelier technique et professionnel en Électrotechnique, ayant été formé en Technique d’ascensoriste et de maintenance, en complément, peut exercer le métier de technicien de maintenance.

Des formations par voie d’apprentissage au sein des entreprises œuvrant dans le domaine d’activité peuvent aussi être qualifiantes. Savoir s’adapter à toutes les technologies des dispositifs motorisés constitue pour lui un grand atout.

Un technicien de maintenance en ascenseur doit être apte à travailler en solo tout en ayant le sens de la communication et de l’écoute, qualités indispensables pour la relation avec le client. Par ailleurs, pour le bon déroulement de ses missions, il doit être organisé et méthodique, réactif et non sujet au vertige et doit avoir le sens de l’initiative (cas d’urgence). Enfin, le respect et la connaissance des règles de sécurité doivent être pour lui une obligation.

Ses années d’expérience et de pratique peuvent lui permettre de devenir encadreur et responsable d’équipe en chantier, technicien chargé de la formation, de l’assistance technique ou de la relation commerciale pour le compte d’une entreprise ou d’un bureau d’étude.

Être ascensoriste : être spécialisé dans le système motorisé

Un ascensoriste est un métier spécialisé en installation et maintenance d’un ascenseur. En général, ils s’occupent de l’entretien, de la mise en place, du dépannage et de l’entretien des ascenseurs, mais ils peuvent prendre en charge les escaliers mécaniques et les trottoirs roulants comme métiers annexes.

Les taches attribuées à un ascensoriste

Les tâches confiées à un ascensoriste sont multiples et se font, parfois par étapes, en effet, il doit :

  • Effectuer les plans de mise en place lors du montage de l’ascenseur dans un bâtiment.
  • Préparer la cabine de l’ascenseur et installer en même temps les barres de guidage ainsi que le moteur et les câbles.
  • Installer les portes à chaque étage et les boutons d’activation à raccorder au système central.

Une fois que est l’ascenseur installé, le suivi et la vérification du processus ainsi que les entretiens nécessaires, font partie de la responsabilité des ascensoristes.

Un ascensoriste doit réaliser un travail de précision et assurer le bon fonctionnement de l’ascenseur afin de garantir la sécurité des usagers.

Les compétences requises à un ascensoriste

En plus d’une bonne connaissance du système associé à l’ascenseur, l’ascensoriste doit veiller à sécuriser toute l’intervention technique ou de contrôle. En cas de panne, il doit dégager les personnes bloquées dans l’ascenseur et identifier la défaillance.

En outre, un bon ascensoriste offre un service de qualité et prend en compte la bonne relation avec la clientèle. Il doit donc maitriser le sens la communication en les informant et en les conseillant sur les techniques d’utilisation ou les causes des pannes.

Par ailleurs, le métier d’un ascensoriste professionnel exige une certaine polyvalence technique. Il doit maitriser les nouvelles et les anciennes techniques de fonctionnement des ascenseurs ainsi qu’une connaissance en mécanique, en électronique, en informatique et en électromécanique. En effet, ce sont des savoirs indispensables dans le secteur de dispositif motorisé.

Enfin, il doit être apte à travailler en équipe surtout dans un chantier de construction. Il est probable lors d’une construction ou de maintenance que l’ascensoriste travaille en collaboration avec des architectes, des ingénieurs en bâtiment ou d’autres techniciens en construction. Il doit faire preuve d’efficacité, de précision et de bon sens relationnel afin d’effectuer un bon travail collectif.

Les qualifications et les formations nécessaires pour devenir ascensoriste professionnel

Il existe plusieurs diplômes de technicien ascensoriste après le Bac. Voici quelques exemples de formations si l’intéressé veut intégrer l’équipe des professionnels :

  • Brevet Technique Supérieur Maintenance des systèmes option A, systèmes de production.
  • Chargé de maintenance des systèmes numériques industriels.

Mais ce métier peut être exercé avec un niveau Bac à condition que le concerné atteigne le niveau Bac pro électrotechnique, énergie, équipements communicants ainsi que le Bac pro Maintenance des équipements industriels ou des techniciens de réparation et maintenance des ascenseurs.  

L’ascenseur et son évolution dans la société

Un ascenseur est un dispositif mobile permettant le déplacement automatique de personnes dans un bâtiment. Il permet de descendre ou de monter au sein d’une construction comportant le plus souvent plusieurs étages. Toutefois, étant un moyen permettant de faciliter le déplacement et de le rendre plus confortable, de nombreuses maisons individuelles sont actuellement équipées d’ascenseurs.

Les ascenseurs : principe et fonctionnement

Le concept de l’ascenseur a déjà été exploité, d’une manière rudimentaire dans l’antiquité pour remonter les lourdes charges dans la construction des pyramides ou les monastères et dans les mines au 19ème siècle, pour faire remonter les mineurs dans l’impossibilité d’utiliser un escalier. Il a évolué pour être plus tard un dispositif très décoré équipant entre autres les hôtels de luxe. Puis au XXème siècle, il commence à se banaliser en termes d’aspect et d’utilisation avec l’apparition des gratte-ciels, pour finalement fonctionner actuellement, automatiquement. Les atouts d’un ascenseur résident dans sa fonctionnalité, le confort et la sécurité qu’il assure.

D’une manière générale, c’est un dispositif fonctionnant à l’aide d’un moteur électrique accompagné d’un système à contrepoids. Il permet à la cabine de se déplacer verticalement : vers le haut en montée et vers le bas en descente. Selon le système d’activation, on classe les ascenseurs en deux catégories : ascenseurs à traction électrique (à adhérence ou à treuil à tambour) et ascenseurs hydrauliques. Dans tous les cas, l’électricité constitue la source d’énergie.

Les ascenseurs : leurs éléments communs

Tous les ascenseurs, qu’ils soient à traction électrique ou hydraulique sont tous constitués de :

  • La gaine contenant la cabine et tous ses accessoires, se déplaçant verticalement suivant les rails de guidages.
  • Le système d’entraînement pouvant être, le moteur avec ou sans réducteur pour l’ascenseur à traction électrique ou bien la centrale hydraulique pour l’ascenseur hydraulique. Ces éléments, ainsi que l’armoire de manœuvre se trouvent dans la salle des machines si celle-ci existe. En effet, du moins pour l’ascenseur à traction électrique, le local de machines ainsi que le système de contrepoids disparaissent de plus en plus. Le moteur et l’armoire se trouvent dans la gaine pour les ascenseurs modernes. Actuellement, le contrôle de la totalité des sécurités se fait électroniquement, à microprocesseur. Pour l’entraînement hydraulique, le local des machines a toujours été installé en partie basse de l’immeuble parfois non associée à la gaine. C’est pour cette raison qu’il est beaucoup plus facile d’installer un ascenseur hydraulique dans un immeuble déjà existant.

L’ascenseur et la société

Suite à des accidents graves et mortels (en 1999, en 2011), les réglementations et les normes régissant les ascenseurs deviennent plus strictes et plus précises. Depuis sa fabrication, à son installation (mise en service) et pendant son installation (contrôle technique), des procédures de sécurité strictes ont été installées pour les ascenseurs. La plus importante est la Directive 95/16/CE, traduite plus tard en lois françaises.

L’histoire de l’ascenseur a marqué tous les âges de notre société. Depuis l’Antiquité, jusqu’à nos jours, des noms de personnages de toutes les nationalités sont associés soit à son invention soit à toutes les améliorations et les innovations pour rendre l’ascenseur encore plus perfectionné. Quoi qu’il en soit, deux noms sont indissociables à l’histoire de l’ascenseur. Ce sont, Élisa Otis reconnue comme le père des ascenseurs modernes et Léon Felix Edoux, comme celui qui a donné son nom à l’ascenseur.

Ascensoriste: tout savoir, réponses d’experts.

ascensoriste devisCe qu’il faut savoir concernant les ascenseurs particuliers

Les ascenseurs particuliers constituent une alternative aussi pratique qu’esthétique, pour gravir les étages d’une demeure individuelle en toute facilité. De plus en plus de propriétaires, désireux de réaménager leur intérieur alors qu’ils commencent à perdre leur faculté à se déplacer de manière autonome, optent en effet pour l’ascenseur. Si vous aussi, vous projetez de choisir cette solution, certains points doivent être éclaircis afin de faire le meilleur choix. Pour la mise en place de ce dispositif, vous aurez à faire appel à un ascensoriste.

Pour quelles raisons installer un ascenseur particulier ?

L’ascenseur particulier est un dispositif adapté à tous, aux personnes à mobilité réduite, aux personnes handicapées et à toute la famille. Elle offre en plus un confort non négligeable. En outre, cet appareil peut s’adapter à tous types d’architecture. Sans oublier que la mise en place d’un ascenseur particulier contribue à la valorisation de votre logement. Il est en réalité considéré que le coût d’un bien immobilier augmente de 10 à 15 % dans le cas où ce dernier est muni d’un ascenseur particulier.

Les normes en vigueur pour les ascenseurs particuliers

Les élévateurs et ascenseurs particuliers sont à ce jour régis par des normes de plus en plus rigoureuses à un niveau européen. Ce, pour que les utilisateurs bénéficient d’une sécurité optimale et que les élévateurs et ascenseurs puissent être mis en vente en toute légalité sur le marché européen.

Comment fonctionnent les ascenseurs particuliers ?

Le fonctionnement des ascenseurs particuliers est assuré, ou par un dispositif hydraulique effectuant l’élévation de la cabine par le biais d’un levier, ou par un système électrique par lequel la cabine est tirée par des câbles et un contrepoids mis en marche par un moteur électrique.

La mise en place de l’ascenseur particulier : en dehors ou à l’intérieur de la maison ?

Chacun est libre de choisir l’emplacement de son ascenseur particulier, même si celui-ci est dans la plupart des cas défini par l’aménagement de la maison, contraignant alors à des obligations sur le plan technique. Quoi qu’il en soit, ce dispositif peut être mis en place tant à l’extérieur qu’à l’intérieur d’un logement. Attention néanmoins si vous êtes dans une co propriété où vous devrez avoir l’accord pour faire les travaux si cela change l’aspect extérieur du bâtiment.

Les différents modèles d’ascenseurs particuliers

L’ascenseur particulier se décline sous deux modèles à savoir l’ascenseur autoportant et l’ascenseur en gaine maçonnée qui doit prendre appui sur un mur porteur. Vous devez choisir votre ascenseur en fonction de la conformation de votre domicile. Il arrive parfois pour la mise en place d’un ascenseur, il peut s’avérer nécessaire de creuser une fosse.

Points à souligner sur la cabine d’ascenseur

La cabine compte parmi les éléments fondamentaux de l’ascenseur. Il est primordial de définir au préalable les dimensions qu’il vous faut, le panneau de commande, la porte qui vous convient, bref tous les éléments contribuant au design du dispositif. Il sera en outre nécessaire de choisir l’éclairage, le sol mais aussi les options telles que la barre d’appui ou encore le téléphone, au moment de l’établissement du devis. Il est à noter que les ascenseurs particuliers peuvent dorénavant être personnalisés autant que vous le souhaitez, en faisant appel à un architecte spécialisé. Sur mesure ou standard, ces derniers peuvent être conçus à partir de divers matériaux, décor et coloris, vous pourrez vous inspirer de modèle vu dans des catalogues ou sur le net ou dans des hotels pour vous aider à choisir.